11 août 2011

LITTERATURE (2) : La Nonne militaire d'Espagne (1854), de Thomas de Quincey

Vous connaissez peut-être déjà Thomas de Quincey à travers Les Confessions d'un mangeur d'opium anglais (1822) ou De l"assassinat considéré comme un des beaux-arts (1827). Dans ce premier texte (qui inspira à Baudelaire le bien moins intéressant Les Paradis artificiels), l'écrivain anglais (1785-1859) raconte comment il s'enfuit de l'école à la fin de son adolescence, comment il finit par échouer à Londres, ses années de mendicité, son amitié avec une jeune prostituée et sa consommation d'opium. Dans le second, il imagine une société secrète de gentlemen qui commenteraient et apprécieraient quelques crimes célèbres sous leur seul aspect esthétique et en dehors de toutes considérations morales (ce coup-ci, c'est Oscar Wilde qui lui piquera l'idée...). On tient là deux merveilles d'humour noir. Ce ne sont pas les seuls chefs d'oeuvre de Thomas de Quincey, cependant. Il y a aussi La Nonne militaire d'Espagne !
A l'origine de ce texte, il y a une histoire vraie, celle de Catalina de Erauso, une jeune nonne espagnole qui s'enfuit du couvent où elle avait été abandonnée bébé, décide de s'embarquer pour l'Amérique du sud travestie en garçon (ce à quoi personne ne verra du feu), s'enrôle dans l'armée, laisse un certain nombre de cadavres derrière elle (dont son frère, qu'elle tue par accident), fuit encore à travers les hauts plateaux des Andes avant de mourir dans la gloire et la renommée, moyennant toute une série d'aventures hautes en couleur entre temps. Bref, le genre de personnage qui avait tout pour plaire à de Quincey ! En 1847, il décide donc de reprendre et de ré-écrire à sa manière les mémoires de Catalina. Le tout donne un court récit à la fois picaresque et extravagant où l'auteur laisse libre cours à son humour so british où se mêlent provocations, traits d'esprit, humour noir et sens aiguisé du burlesque et du nonsense. Le genre de livres qui transpire l'intelligence, à ranger quelque part entre Don Quichotte, le Tristram Shandy de Laurence Sterne et Alfred Jarry... Comme le croisement rêvé entre un authentique et passionnant récit d'aventure, un chef d'oeuvre d'humour noir et un essai de théorie queer ! Bref, un vrai trésor caché de l'histoire de la littérature...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous !