10 juillet 2010

La Chanson de la semaine (11) : Schizophrenia (Sonic Youth)

Une nouvelle "chanson de la semaine" en rapport avec le rock new-yorkais, histoire d'annoncer la seconde partie de l'émission spéciale de S.A.V. sur Radio Canut, ce mardi 13 à 17h. L'occasion, pour moi, de me faire plaisir et de vous parler d'un de mes morceaux préférés d'un de mes groupes cultes : Schizophrenia, de Sonic Youth. Le groupe, on le sait, se forme en 1981. Tous ses musiciens (en l'occurence Thurston Moore, Kim Gordon, Richard Edson et Ann Demarinis - ces deux derniers étant vite remplacés par Lee Ranaldo et Steve Shelley) baignaient alors dans la scène no wave et jouaient dans un certain nombre de groupes de l'époque avant de se rencontrer. Thurston Moore et Lee Ranaldo ont même joué ensemble dans le groupe de Glenn Branca (je parlerai de ce dernier dans l'émission du 13 avec un long morceau de ce compositeur hors-norme). Le groupe fait ses premiers concerts en mai-juin 1981 (notamment en première partie de Glenn Branca, lors du festival de no wave "Noise fest"). En mars 1982, ils sortent un premier 5 titres éponyme. Durant les années 1980, ils enchaînent les albums de légende que sont Bad Moon Rising, Sister, Daydream nation ou Evol. Dans les années 1990, cité en référence par tous les jeunes groupes aussi bien de la scène grunge (Kurt Cobain était un fan absolu de Sonic Youth...) que de la scène punk riot grrrl regroupée autour du label Kill Rock Stars, ils deviennent de plus en plus connus, notamment suite à l'album Dirty, sorti en 1992. Durant ces années-là, les musiciens du groupe collaborent avec pleins de musiciens comme Lydia Lunch, Jay Mascis, Kathleen Hanna, Cat Power, Mike Watt, Chuck D, etc. et fondent quelques groupes parallèles comme Free Kitten, Harry Crews, Mirror/Dash, etc. Le groupe est toujours en activité et son dernier album (le très bon The Eternal) date de l'année dernière.
Le morceau Schizophrenia est extrait de l'album Sister, sorti en 1987. Thurston Moore et Kim Gordon se succèdent au chant. Dans le premier couplet, ce premier évoque une jeune femme et sa folie, tandis que l'on comprend que Kim Gordon interprète cette dernière dans la seconde partie du morceau. La chanson est plus calme que la plupart des autres morceaux du groupe. Le rythme y est plus lent, les guitares hypnotiques. L'atmosphère y est étrange, fascinante. Le genre de chansons que je pouvais écouter en boucle dix fois d'affilée quand j'étais adolescent (et aujourd'hui encore...).
Que dire d'autre ? J'ai découvert Sonic Youth au début des années 1990, quand je n'étais encore qu'un jeune adolescent. Pour moi comme pour tant d'autres, il y a eu un avant et un après... C'est là que j'ai appris qu'on pouvait jouer de la guitare autrement et que la musique pouvait être beaucoup plus que ce qu'on entendait à la radio. C'est à partir de ce groupe que j'ai découvert plein d'autres groupes moins connus mais aussi géniaux (la scène no wave, notamment). La première fois que je les ai vu en concert (en 96-97, peut-être... je les ai ensuite revu plus tard) reste un moment inoubliable : le concert le plus dément de toute ma vie ! Bon, j'en resterai là... Vous retrouverez ce morceau dans l'émission de mardi prochain. Je passerai aussi un autre morceau du groupe, en attendant, un jour ou l'autre, une émission spéciale de S.A.V. consacrée entièrement à ce groupe génial (en septembre, peut-être).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous !